Le Chaudron Baveur

Blog grimoire d'une sorcière paienne.

Prochain sabbat ~~ Yule ~~ le 21 Décembre !!

02 novembre 2010

Migration de mon blog

Avec Samhain et toute la nouveauté que cela apporte le blog a décider de faire peau neuve et change aujourd'hui de plateforme . Donc plus rien ne sera poster ici .J'espère que ce nouveau blog vous plaira :)
Voici le lien :

http://lilithandpan.blogspot.com/

Rendez-vous sur Hellocoton !
Posté par Lilith à 02:35 - La gazette de la sorcière - Commentaires [1] - Imprimerimprimer - Permalien [#]

separateur


01 novembre 2010

Différence entre le tarot de Marseille et le Rider Waite

Voila un message que j'ai passer sur le forum ce matin .Après réflexion je me suis dis que ceux qui passent sur ce blog ne sont pas forcément inscrit sur le forum donc qu'il avait aussi sa place ici .

Voila en ce moment je suis très attiré par le Rider Waite (Universal Waite tarot) et je cherchais justement quelle était exactement sa différence avec le tarot de Marseille .J'ai pas trouver grand chose sur le net ou alors en anglais .
J'aimerais l'avis de ceux qui s'y connaissent et me disent si je fais fausse route ou pas .En premier lieu je vais parler graphiquement parlant .

Like a Star @ heavenLes arcanes majeurs : Sur les 2 tarots on peut voir une scène mais qui me semble assez dépourvu sur le tarot de Marseille .Je veux dire par là que sur le tarot de Marseille on voit le personnage,les éléments de la scène mais le fond reste vierge alors qu'au contraire les scènes du Rider Waite sont assez riches en éléments .Voici la Papesse sur le Marseille en premier et le Waite en second

       

 

Like a Star @ heavenLes Arcanes Mineurs : Alors la différence la plus frappantes se situe justement au niveau des scènes .Chaque Arcanes mineurs du Rider Waite se compose d'une petite scènette incluant les symboles de l'arcane ( bâton,coupe,épée ,pentacle) ,les illustrations sont donc assez riche encore une fois .Alors que sur le Tarot de Marseille les arcanes mineurs ne représentent aucunes scènes ,on y trouve seulement les symboles de l'arcane (bâton,coupe,épée,denier ) donc illustrations assez pauvre (simple avis personnel bien entendu). Voici le 7 de coupe .

 

Après il est évident que tout est une histoire de goût .Ce que j'aurais aimer savoir c'est si les différences ce situaient juste au niveau des dessins ou les interprétations de ces 2 tarots sont totalement différentes ?

Pour le Rider Waite il existe aujourd'hui moulte tarot moderne s'en inspirant et ce avec des graphismes magnifiques . Pour le Tarot de Marseille je ne sais pas trop ,je n'ai jamais accrocher avec le Marseille classique tout simplement parce que je n'aime pas du tout les dessins mais peut-être qu'avec un tarot moderne s'en inspirant ca pourrait le faire .Si vous avez des idées je suis preneuse .

Sinon une petite question .Savez-vous si il existe un livre en français sur l'interprétation du Rider Waite ? Le Marseille étant plus répandu en France et le Rider du coté anglo-saxon je doute fort de trouver ceci mais je demande à tout hasard.

A vous maintenant si vous voulez me corriger ou apporter d'autres infos ou précisions sur le  sujet . Amis internautes c'est à vous ^^

sign

Rendez-vous sur Hellocoton !
Posté par Lilith à 16:30 - Le chaudron de divination - Commentaires [4] - Imprimerimprimer - Permalien [#]

separateur

Joyeux Samhain

Me revoici de nouveau parmi vous après quelques mois de silence et quoi de mieux que Samhain et le début de cette nouvelle année sorcière pour revenir et tiré un trait sur certaines choses du passé . Je vais essayé autant que faire ce peut de tenir mon blog à jour mais beaucoup d'article auront comme sujet les tarots et oracles qui je vous le rappelle sont une grande passion chez moi . Enfin voila je vous saouhaite à tous un Joyeux Samhain en retard d'un petit jour certe mais quand même car chez moi il sera fêter ce soir . Que cette nouvelle année soit riche en joies et bonheur pour tous !!!!

samhain_enhanced

sign

Rendez-vous sur Hellocoton !
Posté par Lilith à 16:01 - La roue de l'année - Commentaires [0] - Imprimerimprimer - Permalien [#]

separateur

22 juillet 2010

La Lune brille pour toi

Voila une chanson que j'adore ,elle me donnes plein de frissons à chaque fois que je l'écoute .Ce soir je n'ai pas le moral et comme à chaque fois je me plonge dans les chansons qui foutent bien le bourdon . Enfin même sans ca je trouve cette chanson très jolie avec de belles paroles .Petit clin d'oeil également à un ange qui vient de rentrer dans ma vie :)



Fermes les yeux
Et laisses les étoiles
S'accrocher à tes doigts
Comme des papillons, mon amour
La nuit est belle
Approches-toi de moi
Ouvres grands tes ailes
La lune est telle un ange
Veille sur toi
Si tu as peur d'apprendre à voler
Les battements de mon coeur
Disent je suis tout près
J'ai demandé un ciel parfait
Pour que tu puisses enfin rêver
Fermes les yeux
La nuit sera ton amie
Sens comme le vent
Caresse ton visage
Gageons que le temps
Ne soit juste qu'un mirage
La nuit est belle
Approches-toi de moi
On ne voit plus qu'elle
La lune, mon amour
Brille pour toi
Fermes les yeux
Et laisses les étoiles
Briller de tout leurs feux
Comme d'immenses soleils, mon amour
La nuit est belle
Approches-toi de moi
Ouvres grand tes ailes
C'est toi, mon amour

Qui brille pour moi

sign

Rendez-vous sur Hellocoton !
Posté par Lilith à 20:57 - Musique - Commentaires [4] - Imprimerimprimer - Permalien [#]

separateur

20 juillet 2010

Le Dieu Pan

24144

Le dieu Pan, ainsi nommé, dit-on, du mot grec pan, « tout », était fils, suivant les uns, de Jupiter et de la nymphe Thymbris, suivant les autres, de Mercure et de la nymphe Pénélope. Selon d'autres traditions, il était fils de Jupiter et de la nymphe Calisto, ou peut-être de l'Air et d'une Néréide, ou enfin du Ciel et de la Terre. Toutes ces origines diverses trouvent une explication, non seulement dans le grand nombre de dieux portant ce nom, mais encore dans les attributions multiples que la croyance populaire prêtait à cette divinité. Son nom semblait indiquer l'étendue de sa puissance, et la secte des philosophes stoïciens identifiait ce dieu avec l'Univers ou du moins avec la nature intelligente, féconde et créatrice.

Mais l'opinion commune ne s'élevait pas à une conception si générale et si philosophique. Pour les peuples, le dieu Pan avait un caractère et une mission surtout agrestes. Si, dans les temps les plus reculés, il avait accompagné les dieux de l'Egypte dans leur expédition des Indes, s'il avait inventé l'ordre de bataille et la division des troupes en aile droite et en aile gauche, ce que les Grecs et les Latins appelaient les cornes d'une armée, si c'était même pour cette raison qu'on le représentait avec des cornes, symbole de sa force et de son invention, l'imagination populaire, de bonne heure ayant restreint et limité ses fonctions, l'avait placé dans les campagnes, près des pasteurs et des troupeaux.

Il était principalement honoré en Arcadie, pays de montagnes, où il rendait des oracles. On lui offrait en sacrifice du miel et du lait de chèvre. On célébrait en son honneur les Lupercales, fête qui, dans la suite, se répandit en Italie, où l'Arcadien Evandre avait porté le culte de Pan. On le représente ordinairement fort laid, les cheveux et la barbe négligés, avec des cornes, et le corps de bouc depuis la ceinture jusqu'en bas, enfin ne différant pas d'un faune ou d'un satyre. Il tient souvent une houlette, et une flûte à sept tuyaux qu'on appelle la flûte de Pan, parce que, dit-on, il en fut l'inventeur, grâce à la métamorphose de la nymphe Syrinx en roseaux du Ladon. Le christianisme s'inspira sans doute de l'apparence de ce dieu très populaire, et le « diabolisa » pour lutter contre le paganisme et toute autre tradition religieuse qui résistait à son implantation.

On le regardait aussi comme le dieu des chasseurs ; mais, quand il se livrait à la chasse, il était moins la terreur des bêtes fauves que celle des nymphes qu'il poursuivait de ses ardeurs amoureuses. Il est souvent aux aguets derrière les rochers et les buissons : la campagne pour lui n'a pas de mystères. C'est ainsi qu'il découvrit et put révéler à Jupiter le lieu où Cérès s'était cachée après l'enlèvement de Proserpine.

Jean_Fran_ois_de_Troy___Pan_and_Syrinx

Pan a été souvent confondu dans la littérature latine avec Faunus et Sylvain. Plusieurs auteurs les ont considérés comme une même divinité sous ces différents noms. Les Lupercales même étaient célébrées en leur triple honneur confondu. Cependant, Pan est le seul des rois qui ait été allégorisé, et regardé comme le symbole de la Nature, suivant la signification de son nom. Aussi lui met-on des cornes, pour marquer, disent les mythologues, les rayons du soleil ; la vivacité de son teint exprime l'éclat du ciel ; la peau de chèvre étoilée qu'il porte sur l'estomac représente les étoiles du firmament ; enfin, ses pieds et ses jambes hérissés de poils désignent la partie inférieure du monde, la terre, les arbres et les plantes.

Ses amours lui ont suscité des rivaux parfois redoutables. L'un d'eux, Borée, voulut lui enlever violemment la nymphe Pitys, que la Terre, émue de compassion, changea en pin. Voilà pourquoi cet arbre, conservant encore, dit-on, les sentiments de la nymphe, couronne Pan de son feuillage, tandis que le souffle de Borée excite ses gémissements.

pan2

Pan est aimé aussi de Séléné, c'est-à-dire de la Lune, ou Diane, qui, pour venir le visiter dans les vallons et les grottes des montagnes, néglige le beau et éternel dormeur Endymion.

La fable du grand Pan donna lieu, sous le règne de Tibère, à un événement qui intéressa vivement la ville de Rome et mérite d'être raconté. Dans la mer Egée, dit Plutarque, le vaisseau du pilote Thamus étant un soir dans les parages de certaines îles, le vent cessa tout à fait. Tous les gens à bord étaient bien éveillés, la plupart même passaient le temps à boire les uns avec les autres, lorsqu'on entendit tout à coup une voix qui venait des îles et appelait Thamus. Thamus se laissa appeler deux fois sans répondre, mais à la troisième il répondit. La voix lui commanda que, quand il serait arrivé dans un certain lieu, il criât que le grand Pan était mort. Il n'y eut personne dans le navire qui ne fût saisi de frayeur et d'épouvante. On délibéra si Thamus devait obéir à la voix, et Thamus conclut que, quand ils seraient arrivés au lieu indiqué, s'il faisait assez de vent pour passer outre, il ne fallait rien dire ; mais que, si un calme les arrêtait là, il fallait s'acquitter de l'ordre qu'il avait reçu. Il ne manqua point d'être surpris d'un calme en cet endroit-là, et aussitôt il se mit à crier de toute sa force : « Le grand Pan est mort ! » A peine avait-il cessé de crier que l'on entendit de tous côtés des plaintes et des gémissements, comme d'un grand nombre de personnes surprises et affligées de cette nouvelle.

Tous ceux qui étaient sur le navire furent témoins de cette étrange aventure. Le bruit s'en répandit en peu de temps jusqu'à Rome. L'empereur Tibère voulut voir Thamus lui-même ; il le vit, l'interrogea, assembla des savants pour apprendre d'eux qui était ce grand Pan, et il fut conclu que c'était le fils de Mercure et de Pénélope.

D'autres mythologues, interprétant ce fait, ont préféré y voir la mort de l'ancien monde romain et l'avènement d'une société nouvelle.

Le mythe de Pan concentre toute la dualité de l'imitation : désir/jalousie, rassembler/éparpiller, présence/absence.

Source

sign


Rendez-vous sur Hellocoton !
Posté par Lilith à 14:15 - Les Dieux - Commentaires [1] - Imprimerimprimer - Permalien [#]

separateur